Article dans l'Equipe 2014

Vice Champion Secteur Doublette


Dimanche 16 Mars à Daux, petite bourgade de Haute-Garonne, PUEYO et LATRECHE ont offert du rêve à leurs nombreux supporters durant une journée entière. La doublette locale à l'osmose surnaturelle surfa depuis le matin sur la vague de la perfection ne laissant jamais s'instaurer chez leurs adversaires le moindre espoir de victoire.


L'opposition, devant tant de talent se résigna à jouer les faire-valoir de ces deux boulistes de génie. Leur jeu, nourri de détermination et de complémentarité, alliant force et finesse, s'imposa durant la journée comme un modèle de perfection au point que les abords de leurs parties furent pris d'assaut par un public de plus en plus nombreux, émerveillé de découvrir dans un si petit patelin une doublette d'envergure internationale. Rien ne semblait pouvoir stopper cette inexorable avancée vers la gloire d'un titre qui leur semblait acquis. Personne n'avait ni les moyens, ni les boules pour rivaliser. Même le grand Philippe QUINTAIS, venu là en simple spectateur, était sous le charme de cet irrésistible duo d'artilleurs aux étincelles incessantes. Il dira lui même admiratif: "C'est bizarre les boules, plus leur adversaires les jettent, plus ils les ont ....(les boules)".


Au delà du talent indéniable de ces deux joueurs c'est leur froide détermination qui frappa les observateurs aguerris. Et de victoires en autographes, d'acclamations en sollicitations diverses ils semblaient hermétiques à toute forme de pression et de fatigue. Des bêtes de concours, des gladiateurs des cadres, des funambules des ficelles, voilà ce qu'ils furent en cette grande journée de pétanque. Ils défièrent même les plus élémentaires lois de la géométrie tant ils furent carrés dans le rond et volant comme sur un trapèze dans le rectangle.


La foule s'agglutinait et la presse avertie de la phénoménale démonstration dépêcha dans l'urgence ses plus illustres envoyés spéciaux pour couvrir l'événement. Deux ou trois admiratrices, cédant à l'hystérie face à l'espoir déçu de pouvoir les embrasser durent être évacuées. Ce phénomène par son ampleur et son intensité émotionnelle n'était pas sans rappeler la ferveur incroyable qui entourait les stars de la musique. Un spectateur nous confiera même ne pas avoir connu un tel phénomène depuis un certain Claude François. Des Poyettes improvisaient des chorégraphies et les arbitres eurent bien du mal à imposer le calme autour de leurs parties.


Malgré toute cette effervescence rien n'entravait leur course effrénée vers l'avant. Ils ont tirés plus de boules en une journée que Strauss-kahn de femmes de ménage dans sa carrière, c'est dire. Le compagnon de Milou dira même admiratif: " cccrrrrr CCCrr..CCrrrr - Ccrrrr CCCCCrrrrrrrr". Mais le plus incroyable était à venir. Ayant montré durant la journée toute l'étendue de leurs talents de joueurs, c'est lors de la finale qu'ils révélèrent toute l'étendue de leurs talents d'hommes.


La pétanque mondiale peut enorgueillir de compter dans ses rangs de tels ambassadeurs. Stéphane PUEYO conclura cette journée par une parabole cantonesque : On peut toucher Obut avec 10 maitres mais il suffit seulement de s’y mettre !!!!



ce site a été créé sur www.quomodo.com